{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

L'orthophoniste et l'enfant sourd ou malentendant

Créé le 13/03/2018 Mis à jour le 25/10/2018

Les orthophonistes sont des professionnels paramédicaux qui remplissent des missions de prévention, dépistage, diagnostic et rééducation des troubles du langage. Leurs interventions dans le domaine de la surdité sont nombreuses, et concernent une large majorité des enfants sourds.

Article en langue des signes française

Un préalable : le bilan orthophonique

Le bilan orthophonique est la pierre angulaire de l'intervention de l'orthophoniste. A l'aide de tests normalisés, il permet de décrire les difficultés mais aussi les points d'appui de chaque enfant, pour esquisser un projet de rééducation individualisé. Le contenu du bilan peut varier selon l'âge et la problématique de chaque enfant, mais concernant les enfants sourds, on retrouve en général toujours des éléments d'évaluation des habiletés communicatives, de la perception auditive, de la compréhension orale (des mots, des phrases), de l'expression, etc.

A l'issue des séances prescrites après le premier bilan, un bilan de renouvellement est proposé par l'orthophoniste. Ce bilan de renouvellement permet de noter les progrès effectués, et éventuellement les domaines dans lesquels la poursuite d'une rééducation s'avère nécessaire. Ces temps de réévaluation sont fondamentaux, à la fois pour l'enfant et sa famille (qui peuvent juger des avancées) et pour l'orthophoniste (qui peut réorienter plus finement son travail auprès de l'enfant).

Tout bilan orthophonique fait l'objet d'un compte-rendu, qui peut être précieux pour certaines démarches à accomplir, notamment auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

L'intervention précoce

Avec les jeunes enfants sourds (même avant un an), l'orthophoniste est amené à travailler à la fois sur la communication au sens large, les précurseurs du langage, et l'éducation auditive. Aider l'enfant à développer une communication suppose généralement des séances avec les parents, pour les aider à repérer et profiter de toutes les modalités de communication possibles : le jeu, les mimiques, les supports utilisables...

Les précurseurs du langage sont notamment l'attention conjointe, les tours de parole, le contact visuel, etc. L'éducation auditive concerne tous les sons de l'environnement (vie quotidienne, intérieur, extérieur...) et spécifiquement les sons de la parole. Avec de très jeunes enfants, il ne s'agit pas d'exercices répétitifs, mais de moments de plaisir de découverte de l'environnement sonore.

La rééducation de l'enfant sourd

La surdité peut avoir un retentissement sur l'acquisition du langage : la connaissance du vocabulaire, la compréhension et la structuration des phrases... Petit à petit, l'orthophoniste va soutenir l'enfant dans ces acquisitions. En parallèle, la « forme » est souvent altérée car l'enfant s'entend mal parler : la parole, l'articulation et la voix peuvent faire l'objet de temps de rééducation spécifiques ou intégrés à la prise en charge globale.

L'apprentissage de l'écrit est un moment que les orthophonistes surveillent de près : en effet, pour apprendre facilement à lire, il est important de percevoir au mieux les sons de la parole et leurs différences, ce qui fait précisément défaut aux enfants sourds. Ainsi, une veille voire une rééducation ciblée à cet âge est généralement de mise.

Au-delà, en fonction des besoins, l'orthophoniste peut intervenir pour les aspects les plus élaborés du langage : l'abstraction, la métaphore, les phrases complexes, etc. Ce langage élaboré, qui constitue un socle à de nombreux apprentissages, peut lui aussi être enrichi par une rééducation orthophonique.

Enfin, l'utilisation des prothèses auditives, et plus encore d'un implant cochléaire, rendent nécessaire qu'un travail d'accompagnement soit effectué, dans un va-et-vient entre l'orthophoniste et l'audioprothésiste, à la recherche des réglages les plus profitables et pour favoriser l'adaptation de l'enfant à ces outils.

Les besoins des enfants sourds en matière d'orthophonie sont conséquents, et il est recommandé que les enfants puissent bénéficier de plusieurs séances par semaine (au moins deux), et ce aussi longtemps que cela est jugé nécessaire. Une réévaluation régulière permet de savoir où en est l'enfant, grâce à des bilans de renouvellement, pour savoir s'il est opportun de poursuivre la rééducation, de l'arrêter, de faire une pause, etc.

Enfin, chaque situation étant unique, des éléments complémentaires de rééducation, plus ou moins liés à la surdité, peuvent faire l'objet d'une rééducation ou d'un temps de rééducation de la part de l'orthophoniste.

Outils et méthodes de l'orthophoniste

L'orthophoniste travaille à la fois avec des outils très spécifiques (matériel de test ou de rééducation très ciblé) et des outils très peu spécifiques (papier crayon, imagiers, jeux de société, pâte à modeler, logiciels, etc.). Ces différents supports sont proposés en fonction de l'âge de l'enfant, de sa problématique dominante, de ce que veut travailler l'orthophoniste, etc.

Quelquefois, l'orthophoniste met en œuvre des méthodes particulières, conçues spécifiquement ou non pour la rééducation des enfants sourds : méthode verbo-tonale, dynamique naturelle de la parole, gestion mentale, etc. Ces méthodes apportent un plus car elles structurent le travail, organisent la progression, mais aucune ne représente une panacée, un remède miracle convenant à tout enfant. L'orthophoniste doit garder un regard critique sur les différentes méthodes de sa « boîte à outils », à la recherche de ce qui est le plus adapté à un enfant à un moment donné de son évolution.