{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

Des médicaments toxiques pour l'oreille et l'audition

Créé le 08/02/2018 Mis à jour le 13/09/2018

Certains médicaments, pourtant utiles voire indispensables dans certains traitements, ont comme effet indésirable une baisse de l'audition, parfois grave et irréversible.

La Revue Prescrire, dans son numéro de juin 2014, fait un état des lieux de ces médicaments et rappelle les points de vigilance dont doivent faire preuve les médecins et les pharmaciens dans la prescription et la délivrance de ces médicaments.

Article en langue des signes française

Les médicaments qui causent des baisses d'audition sont dits ototoxiques, c'est à dire toxiques pour l'oreille. Ils attaquent les cellules ciliées de l'oreille interne, générant ainsi une surdité de perception unilatérale ou bilatérale. L'apparition peut être brutale ou au contraire progressive, avec des symptômes qui n'apparaissent parfois pas immédiatement, mais plusieurs mois ou plusieurs années plus tard. Etablir le lien entre une surdité alors constatée et la prise de ces médicaments ne vient ainsi pas toujours à l'esprit des médecins en première intention.

Les facteurs aggravants l'ototoxicité sont :

  • la quantité de substance absorbée
  • la durée du traitement
  • l'âge (les sujets très jeunes ou contraire très âgés sont plus susceptibles de voir leur audition atteinte selon les médicaments)
  • l'insuffisance rénale
  • la prise combinée de plusieurs médicaments ototoxiques

Quels sont les médicaments ototoxiques ?

Les plus connus sont les aminosides : il s'agit d'une famille d'antibiotiques indiqués dans certains traitements, mais qui ont une toxicité marquée, croissante avec la dose absorbée. La Revue Prescrire estime que cette toxicité bien connue doit inciter à réserver leur utilisation dans des cas rares et graves, et le moins longtemps possible. Mais d'autres antibiotiques peuvent également être nocifs pour l'oreille interne : vancomycine, érythromycine, minocycline, polymyxine B, ceftriaxone.

Ensuite, une ototoxicité peut être déclenchée par certains médicaments, de manière plus ou moins probable avec des effets parfois définitifs, parfois temporaires : certains antifongiques, antipaludiques, antiviraux (interférons), anti-infectieux, anticancéreux, diurétiques de l'anse (prescrits dans le cadre d'insuffisance cardio-vasculaire), certains médicaments des troubles de l'érection et quelques autres encore.

Pour en savoir plus : consulter le résumé de l'article en accès libre sur le site de La Revue Prescrire

Vigilance

La Revue Prescrire évoque des "mesures à prendre" : "Quand un médicament connu pour exposer à des surdités est prescrit, les facteurs de risque sont à prendre en compte selon le patient et le médicament, tels que l'âge, l'insuffisance rénale ou l'association avec un autre médicaments ototoxique. Mieux vaut informer les patients de cet effet indésirable, afin qu'ils soient attentifs aux signes évocateurs, tels que pertes d'audition, vertiges ou acouphènes. Quand les pertes d'audition apparaissent, le rôle d'un médicament est à évoquer parmi les diverses causes, sans s'arrêter trop vite au vieillissement, qu'il s'agisse d'un médicament administré localement dans le conduit auditif ou par voie générale".