{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

Dépister à tout âge la surdité de l'enfant

Créé le 08/02/2018 Mis à jour le 11/06/2018

Les différentes déficiences auditives sont des handicaps invisibles, difficiles à repérer dans les premiers temps de la vie.

Plusieurs actions de dépistage sont mises en place pour mieux repérer ces troubles chez les enfants.

Un arrêté du 23 avril 2012 prévoit l'organisation du dépistage de la surdité permanente néonatale.

Article en langue des signes française

Le dépistage précoce

Dès la naissance, il est possible de tester l'audition des bébés. A partir de six mois, il est possible d'effectuer le test de Moatti, qui consiste à faire entendre des sons est une première approche. De façon plus objective, deux examens rapides, et non douloureux peuvent être pratiqués dès les premiers jours de vie : le test des Potentiels Evoqués Auditifs (PEA) et le recueil des otoémissions (OEA).

Certaines maternités proposent un dépistage de façon systématique pour tous les nourrissons depuis 2005. Un arrêté, pris en avril 2012, a fixé un cadre pour les objectifs et l'organisation de ce dépistage.

Ce que prévoit l'arrêté du 23 avril 2012

L'arrêté du 23 avril 2012 prévoit que le dépistage de la surdité permanente néonatale soit proposé à tous les nouveaux-nés. Celui-ci comprend :

1. un examen de repérage des troubles de l'audition, proposé systématiquement avant la sortie de l'enfant de la maternité. Ce repérage doit permettre de savoir s'il est nécessaire de réaliser des examens plus poussés.
2. des examens réalisés avant la fin du troisième mois de l'enfant, quand l'examen de repérage n'a pas pu avoir lieu ou n'a pas permis d'apprécier les capacités auditives de l'enfant.
3. une information aux parents sur les différents modes de communication qui peuvent être développés avec l'enfant.

L'idée de ce dépistage est de permettre la mise en place d'une prise en charge précoce, pour développer la communication et le langage, quelles que soient les modalités privilégiées.

Certaines associations de personnes sourdes émettent de fortes inquiétudes sur ce dépistage précoce, leur crainte est que l’annonce trop précoce d’un possible handicap auditif risque de compliquer la communication entre les parents et le bébé, à un moment où cette communication n’est pas tant verbale qu’affective.

Les parents sont en droit de refuser ce dépistage s'ils le souhaitent.

Dans les trois premières années

Il est prévu dans le suivi médical des jeunes enfants des examens réguliers qui sont remboursés par la Sécurité sociale. Ces examens sont notés dans le carnet de santé qui doit suivre le parcours de vie de l'enfant. Ces visites médicales peuvent être assurées par un médecin généraliste, un pédiatre ou dans un centre de la Protection Maternelle et Infantile. Lors de ces examens, les différentes étapes de développement des enfants sont évaluées, l'audition est ainsi régulièrement testée.

A l'école

La médecine scolaire propose un examen de santé qui s'effectue dans le cadre de l'école au cours de la sixième année.

Lors de ces examens, si le médecin est attentif à tout ce qui peut toucher la santé de l'enfant, il a aussi une attention tout particulière à l'audition, et pourra vous alerter sur des facteurs de risque éventuels, ou s'il remarque des troubles particuliers.

Le carnet de santé est un outil essentiel de liaison entre ces différents médecins qui peuvent croiser le chemin de votre enfant, médecin généraliste, pédiatre, médecin scolaire, médecin spécialiste.

Suite à ces premiers dépistages, vous serez orientés vers un spécialiste pour une mesure de l'audition, et un diagnostic précis.