{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

Les traitements du neurinome de l'acoustique

Créé le 13/02/2018 Mis à jour le 24/04/2018

 

 

 

Le neurinome de l'acoustique - ou schwannome vestibulaire - est une tumeur bénigne qui se développe sur le nerf acoustique, entre l'oreille moyenne et le cerveau.

Il est responsable d'une surdité progressive et nécessite d'être diagnostiqué et traité pour contrôler son évolution.

Article en langue des signes française

Le neurinome de l'acoustique (appelé également schwannome vestibulaire) est une tumeur non-cancéreuse qui se développe sur le trajet du nerf acoustique qui relie l'oreille interne à différentes structures cérébrales. La tumeur est bénigne et n'engage pas a priori le pronostic vital, mais l'augmentation de son volume se traduit par une surdité de plus en plus marquée et par d'éventuels troubles neurologiques résultant de la compression des structures environnantes (nerf, cerveau). Il est donc nécessaire d'envisager les solutions qui existent pour traiter le neurinome de l'acoustique.

Trois possibilités face à la tumeur

Il n'y a pas de traitement unique pour le neurinome de l'acoustique, mais plusieurs stratégies possibles, qui dépendent de nombreux facteurs comme l'âge et état général du patient, la taille du neurinome, l'importance de la perte auditive, ou les éventuels troubles neurologiques associés. La stratégie thérapeutique nécessite couramment l'expertise et la collaboration de plusieurs spécialités médicales (ORL, neurologue, neurochirurgien, anesthésiste, etc).

Abstention thérapeutique et surveillance

Une première attitude consiste à mettre en place une surveillance active : clinique, audiométrique et par Imagerie par Résonnance Magnétique (IRM). L'enjeu est de s'assurer que la tumeur ne grossit pas significativement et que ses conséquences sur l'audition notamment restent limitées. Cette posture est donc indiquée quand l'impact du neurinome de l'acoustique est faible, et/ou chez les personnes âgées ou de santé fragile pour qui une thérapeutique plus agressive pourrait présenter certains dangers.

Radiothérapie

L'irradiation de la tumeur par radiothérapie est une option souvent retenue face aux neurinomes de volume petit ou moyen. L'enjeu est de stabiliser l'évolution en stoppant l'extension de la tumeur. Néanmoins, celle-ci n'est pas détruite et une reprise de sa croissance peut s'observer. Une surveillance outillée (clinique, audiométrie, IRM) est donc de mise après un traitement radiothérapique.

Les complications liées au traitement seraient moins fréquentes qu'après chirurgie, notamment l'impact sur l'audition.

Chirurgie

Le choix peut être fait de proposer une ablation chirurgicale de la tumeur. Elle vise à ôter le neurinome en préservant autant que possible les structures environnantes. Elle implique souvent une double équipe chirurgicale, composée de chirurgiens ORL et de neurochirurgiens.

Le plus souvent, cette option a pour conséquence la perte totale et irréversible de l'audition du côté opéré.

Une paralysie faciale est une conséquence post-opératoire fréquente. Partielle ou totale, elle n'est en principe que transitoire. Néanmoins, devant ce risque, des techniques de monitoring (surveillance de l'activité du nerf facial) pendant toute l'opération sont mises en place par les chirurgiens.

Enfin, le risque de récidive de la tumeur n'est pas nul, dans la mesure notamment où certaines fibres du neurinome peuvent être difficiles à extraire.

Traiter les conséquences fonctionnelles du neurinome

L'audition

Il est souhaitable de chercher à compenser autant que possible la perte auditive. Un appareillage conventionnel en conduction aérienne (une classique prothèse auditive) peut être proposé mais si l'activité du nerf acoustique est très réduite voire nulle (après chirurgie notamment), son efficacité sera très limitée.

En cas de traitement chirurgical du neurinome de l'acoustique, certains chirurgiens proposent à certains patients de poser une prothèse auditive à ancrage osseux (BAHA), profitant souvent de l'opération sous anesthésie générale pour ce faire.

En cas de neurinome bilatéral (dans le cadre de la neurofibromatose de type 2) ou quand une surdité controlatérale (quelle qu'en soit son origine) accompagne le neurinome, la pose d'un implant du tronc cérébral peut être proposée.

L'équilibre

Si des troubles de l'équilibre sont associés à un neurinome de l'acoustique, il peut être prescrit une rééducation vestibulaire, à effectuer auprès d'un masseur-kinésithérapeute. Cette rééducation repose sur un ensemble d'exercices progressifs qui visent à une compensation des troubles de l'équilibre.