{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

Dans le milieu scolaire ou universitaire

Créé le 29/11/2017 Mis à jour le 24/04/2018

Vous travaillez à l’école ou à l’université.
Un élève / étudiant sourd ou malentendant fréquente votre établissement.
Parfois, il bénéficie :

Vous vous demandez comment l’accompagner au mieux dans les apprentissages et la socialisation.
Dans un premier temps, quelques habitudes de communication peuvent être prises.

Article en langue des signes française

A l’école, au collège, au lycée

Echanger avec l’élève et sa famille vous permettra de mieux connaître le choix linguistique et les habitudes de communication, les besoins au quotidien, les aménagements pédagogiques et aides techniques nécessaires, etc.
Il existe différents interlocuteurs au sein de l’Education nationale : l’enseignant référent, l’inspecteur ASH, les conseillers pédagogiques, l’équipe de santé scolaire, etc. A partir de la rentrée 2017, se mettent en place les Pôles d’enseignement pour les jeunes sourds (PEJS).
Les SSEFS (ou SSEFIS, parfois SESSAD), des services de soutien à la scolarisation des enfants sourds ou malentendants, sont là pour vous aider à répondre aux besoins de l’élève.
Le PPS est le document qui formalise les conditions de scolarité des enfants en situation de handicap.
L’inclusion peut être soutenue par des actions de sensibilisation auprès des autres enfants et de la communauté éducative.

Dans l’enseignement supérieur

Vous pouvez encourager l’étudiant à se rapprocher du référent handicap (à défaut, le chef d’établissement). A l’université, il existe une Mission handicap ainsi qu’un service de médecine préventive.
En échangeant avec l’étudiant, des adaptations possibles peuvent lui être profitables, en appui notamment sur l’écrit et les nouvelles technologies.
Les aménagements sont parfois formalisés dans un PAEH (Plan d’accompagnement de l’étudiant handicapé).

En apprentissage

Les apprentis ont un statut de travailleur.