{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

CMU-C : un meilleur remboursement des prothèses auditives

Créé le 14/03/2018 Mis à jour le 08/04/2019

La prise en charge des prothèses auditives pour les personnes bénéficiant de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C) est encadrée par l’Arrêté du 27 décembre 2018.

Article en langue des signes française

Tous les quatre ans, les frais d'appareillage sont pris en charge pour les bénéficiaires adultes (les personnes de plus de 20 ans) jusqu'à hauteur de 800 euros pour une prothèse et 1600 euros pour deux prothèses.

Ces montants comprennennt la prise en charge du premier embout et des premières piles, ainsi que l'adaptation et le suivi prothétique comme pour tout achat de prothèses auditives.

Les "distributeurs de dispositifs médicaux", c'est à dire les audioprothésistes, doivent proposer à ces bénéficiaires des prothèses à des prix n'excédant pas 800 euros par prothèse (appareils au minimum de classe I).

Ces deux dispositions sont associées aux remboursements déjà prévus par :

  • votre caisse d’assurance maladie (dont la protection universelle maladie -PUMA- qui a mis fin à la CMU de base)
  • et la CMU-C (60% du tarif de responsabilité: 119,83 euros, et les 40% de la part complémentaire de la CMU-C donc 79,88 euros)

Ces dispositions permettent un reste à charge nul pour le bénéficiaire.

En résumé :
180 € (60% du tarif de responsabilité d’un montant de 300 € : régime obligatoire)
+ 120 € (40% restant correspondant à la part complémentaire CMU-C)
+ 500 € ( Forfait CMU-C supplémentaire)
= 800 euros (prix de vente maximum)

À noter que les personnes de moins de 20 ans ainsi que les personnes atteintes de cécité et d'un déficit auditif nécessitant un appareillage doivent pouvoir bénéficier de prothèses auditives quel que soit le modèle. (Le prix ne devant pas excéder 1400 € par prothèse).

L’article dédié de la CMU-C à la prise en charge des aides auditives vous permet de visionner les tableaux de remboursement.

En savoir plus

L’assurance maladie a fait le point sur         la CMU complémentaire