{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

Et les assistants d'écoute ?

Créé le 19/01/2018 Mis à jour le 25/10/2018

Depuis août 2014, les pharmacies sont autorisées à vendre des appareils appelés "assistants d'écoute", qui sont des appareils auditifs pré-réglés.

Quelle différence avec les prothèses auditives ? Le point par Surdi Info.

Article en langue des signes française

Un arrêté paru au Journal Officiel le 13 août 2014 autorise les pharmacies à délivrer sans ordonnance des appareils auditifs pré-réglés dénommés "assistants d'écoute", afin de les différencier clairement des prothèses auditives. Ces dernières ne peuvent en effet être délivrées que par un audioprothésiste, et sur prescription médicale.
Cette autorisation clarifie un certain flou juridique qui a provoqué des controverses publiques et batailles judiciaires entre fabricants, audioprothésistes et pharmaciens.

Qu'est-ce qu'un assistant d'écoute ?

L'idée défendue par les fabricants d'assistants d'écoute est de proposer sur le marché un appareil qui serait aux prothèses auditives ce que les loupes (vendues également en pharmacie) sont aux lunettes : un produit standard sans ordonnance apte à rendre service à des personnes dont l'audition est peu altérée (surdité légère). Les assistants d'écoute coûtent moins de 500 €, mais ne font l'objet d'aucun remboursement par l'assurance maladie.
 
Techniquement, un assistant d'écoute fonctionne avec un micro  qui capte les sons de l'environnement et un amplificateur qui les restitue plus fort dans le conduit auditif externe. Visuellement, seul un oeil expert peut différencier ces deux objets.

Quelles différences avec une prothèse auditive ?

Contrairement à une prothèse auditive, l'assistant d'écoute est réglé de manière standard, et ne peut en aucun cas s'adapter à l'audition particulière de son utilisateur. Le décret du 13 août fixe la puissance maximale d'amplification à 20 décibels. L'assistant d'écoute, réglé une fois pour toute, est donc moins sophistiqué qu'une prothèse qui permet un réglage fréquence par fréquence pour s'adapter au mieux à l'audiogramme de celui qui en bénéficie.
 
Les assistants d'écoute ne proposent pas de position T, c'est-à-dire la possibilité de bénéficier de la boucle d'induction magnétique qui rend accessibles certains lieux (établissements recevant du public, domicile, travail, etc).
 
Le moindre coût de ces assistants d'écoute, en comparaison des prothèses traditionnelles, est lié d'une part à ces fonctionnalités absentes (réglages, position T), et d'autre part au fait que le prix d'une prothèse auditive comprend le travail de réglage de l'audioprothésiste, nécessaire à son bon fonctionnement et à sa bonne adaptation.

Qui peut en bénéficier ?

Les assistants d'écoute pourraient bénéficier aux personnes présentant une surdité débutante dans le cadre de la presbyacousie, ou plus largement aux adultes atteints de surdité légère.

La fiche pratique éditée par la DGCCRF - Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes -  évoque des "appareils, non adaptés à de réelles pathologies auditives mais plutôt destinés à une aide ponctuelle".

Il s'avère néanmoins indispensable de faire le point en amont avec un médecin ORL sur son trouble de l'audition.

Dossiers et articles qui pourraient vous intéresser